Georges Rouault (Paris 1871- Paris 1958)

Publié le par LE BAL Mathyeu

Georges Rouault (Paris 1871- Paris 1958)

A découvrir à la galerie cette belle oeuvre gravée :

Georges Rouault (1871-1958)
Saint Jean-Baptiste, 1933
Très belle et fraîche épreuve de l'état définitif sur vergé fort.
Annotée à la plume et encre bleue : "[...] St Jean Baptiste - 10 état" et signée.
Tirage définitif à 175 épreuves.
576 x 433.
Ambroise Vollard, éditeur.
Collection H.-M. Petiet.

Voir les commentaires

édouard Pignon (1905-1973)

Publié le par LE BAL Mathyeu

édouard Pignon (1905-1973), Nu aux parasols et à la serviette bleue, 1971, aquarelle et gouache sur papier, Signée et datée en bas à droite, 80 x 60 cm.

édouard Pignon (1905-1973), Nu aux parasols et à la serviette bleue, 1971, aquarelle et gouache sur papier, Signée et datée en bas à droite, 80 x 60 cm.

A découvrir. Cette très belle oeuvre de 1971 du peintre du Nord Edouard Pignon (1905-1973) issue de la série des "parasols". Montparnos des années 50, appartenant à la Nouvelle Ecole de Paris. Il était l'ami proche de Pablo Picasso. Membre du parti communiste, il a peint le monde des ouvriers, celui des paysans, les paysages d'Ostende ou de la Provence. Evoquer aussi sa célèbre série sur les "Nus Rouges".

Edouard Pignon et Pablo Picasso à Vallauris, 1954. Photographie d'André Villers.

Edouard Pignon et Pablo Picasso à Vallauris, 1954. Photographie d'André Villers.

Voir les commentaires

Lucien Simon (Paris 1861-Sainte-Marine 1945)

Publié le par LE BAL Mathyeu

Lucien Simon (Paris 1861-Sainte-Marine 1945), Nu allongé, Gouache sur papier, signée en bas à gauche.

Lucien Simon (Paris 1861-Sainte-Marine 1945), Nu allongé, Gouache sur papier, signée en bas à gauche.

A découvir cette oeuvre pleine de clarté et de sensualité de l'un des membres fondateurs de "La Bande Noire", mouvement en réaction contre l'impressionnisme. Lucien Simon, peintre parisien, illustre professeur à l'académie de la Grande Chaumière, va devenir une figure marquante et incontournable de l'histoire de la peinture en Bretagne.

Voir les commentaires

Invitation vernissage

Publié le par LE BAL Mathyeu

Rendez-vous le jeudi 22 octobre à la galerie.

Rendez-vous le jeudi 22 octobre à la galerie.

Voir les commentaires

Frédéric Jacquin, les hautes patiences

Publié le par LE BAL Mathyeu

Frédéric Jacquin, les hautes patiences

Exposition automnale

Frédéric Jacquin

Les hautes patiences

22 octobre - 02 décembre 2020

La nuit remue, 2019, huile sur toile, 46 x 55 cm

La nuit remue, 2019, huile sur toile, 46 x 55 cm

Tour Abeille, en plein cœur du quartier chinois de Paris, se trouve dans les derniers étages un atelier. Celui d’un peintre avec une vue sur toute la ville. Et de toits gris en barres d’immeubles, la présence d’un ciel que l’on ne voit plus, qui pourtant domine et englobe ces millions d’âmes. C’est l’atelier de Frédéric Jacquin qu’il occupe depuis de nombreuses années. Même s’il se défend de lui accorder trop d’importance, la symbolique évidente qui s’en dégage parle d’elle-même. Dans la petite pièce du fond où sont entreposées les œuvres, là où le peintre est à son chevalet, se trouve une fenêtre par laquelle s’ouvre une vue d’en haut sur la ville. C’est un paysage urbain.

Rêve d'altitude, 2017, huile sur toile, 33 x 24 cm

Rêve d'altitude, 2017, huile sur toile, 33 x 24 cm

Mais ici Frédéric Jacquin tourne le dos à la fenêtre. Il ne peint pas ce qui se donne à voir de l’extérieur : son motif est ailleurs, enfoui au plus profond de lui, dans ses hauteurs et sommets intérieurs. L’atelier comme descente au cœur de la couleur. Montagne, c’est ce paysage naturel qu’il cherche à retrouver. Être seul avec lui. Au dehors c’est le bruit de la ville et de la foule, une foule sans présence, hors de soi, un brouhaha aux tonalités vaines qui se perdent. À l’intérieur c’est l’assourdissant silence du paysage de soi-même, ce pays de l’âme et de l’être.

Jaune sur la plaine, 2019, huile sur toile, 54 x 65 cm

Jaune sur la plaine, 2019, huile sur toile, 54 x 65 cm

Peindre la montagne, son principe, ses plaines et ses ciels. Ici où le peintre tente de s’abstraire et se de défaire des faux-semblants. Il est seul, comme cet arbre sur cette toile, au milieu de nulle part, qui résiste à tous les vents.

Entre ciel et terre, 2016, huile sur toile, 33 x 46 cm

Entre ciel et terre, 2016, huile sur toile, 33 x 46 cm

C’est une peinture d’atelier, nous sommes loin du « plein air ». Chaque été Frédéric Jacquin se rend dans les Hautes-Alpes, dans la vallée de la Clarée, pour dessiner la majesté des cimes. Être au plus proche de sa propre source : pour Frédéric Jacquin, elle semble se situer dans ces chemins sauvages et impraticables qui conduisent au plus haut des terres, dans cet entre-deux avec le ciel. Une peinture sédimentée, faite de temps et de couches successives, qui sèchent lentement.

Le reflet doré, 2019, huile sur toile, 24 x 33 cm

Le reflet doré, 2019, huile sur toile, 24 x 33 cm

Patience et passion…

Atteindre les racines du ciel ?

Et faire apparaître les vraies couleurs du visible, d’un éclat sans images.

Matière et caractère.

Quand la volonté d’un peintre rencontre la peinture avec son destin qui lui est propre, c’est la terre qui se fraye ces lents chemins vers des ciels, de ses courbes à l’éther.

Lumière rasante du soir, 2019, huile sur toile, 60 x 73 cm

Lumière rasante du soir, 2019, huile sur toile, 60 x 73 cm

En 2014, la galerie Les Montparnos avait organisé une première exposition consacrée aux œuvres du peintre Frédéric Jacquin. 6 ans après, cette deuxième exposition exprime toute la confiance et l’enthousiasme de la galerie pour son travail. Montparnasse, cette Montagne archétypale de l’art mondial, qui surplombe la vallée de Delphes en Grèce, demeure d’Apollon et des neuf muses, accueille le 22 octobre prochain sur ses murs et cimaises, à la lumière des spots et ciels changeants, les œuvres du peintre Frédéric Jacquin.

À l’Art Vivant

Mathyeu Le Bal

Prairie orangée, 2019, huile sur toile, 19 x 33 cm

Prairie orangée, 2019, huile sur toile, 19 x 33 cm

Le monde est divin parce que le monde est gratuit. C'est pourquoi l'art seul, par son égale gratuité, est capable de l'appréhender. 

Albert Camus

Voir les commentaires

à venir : l'exposition automnale

Publié le par LE BAL Mathyeu

Fréréric Jacquin, les hautes patiences

Fréréric Jacquin, les hautes patiences

Voir les commentaires

Exposition Ronan-Jim Sévellec à la Galerie de Bretagne

Publié le par LE BAL Mathyeu

Exposition Ronan-Jim Sévellec à la Galerie de Bretagne
Exposition Ronan-Jim Sévellec à la Galerie de Bretagne

La galerie de Bretagne à Quimper organise du 22 septembre au 31 décembre une exposition d'envergure consacrée à l'un des plus importants et discret artistes contemporains : Ronan-Jim Sévellec. Né à Brest en 1938, il est le fils du peintre Jim Sévellec. Même s'il suit la voie artistique familiale, son oeuvre se démarque de la peinture comme de la sculpture. Il crée ses "boîtes", chacune étant un univers fantastique dans lequel chaque objet, petit élément, meuble, architecture, chaque lumière est conçu de sa main et découle de l'imaginaire. Un travail fait de poésie et de patience. Partagé entre son atelier de Paris et celui de Douarnenez, il travail à ses "boîtes", ou dioramas, qui ont séduit les collectionneurs les plus prestigieux du monde entier. En un mot : Magique !

Rendez-vous donc le mardi 22 septembre pour le vernissage d'une des plus extraordinaires et grandes exposition de l'histoire de la galerie de Bretagne : le mardi 22 septembre à partir de 17h00. 

https://www.youtube.com/watch?v=Z9TuYAuCvCo

Exposition Ronan-Jim Sévellec à la Galerie de Bretagne
Exposition Ronan-Jim Sévellec à la Galerie de Bretagne
Exposition Ronan-Jim Sévellec à la Galerie de Bretagne

Voir les commentaires

Maurice de VLAMINCK

Publié le par LE BAL Mathyeu

Maurice de VLAMINCK

Maurice de VLAMINCK

(Paris 1876 † 1958 Rueil-la-Gadelière)

La demeure au bout du chemin. 1930.

Dessin original au crayon, encre et lavis sur papier vélin

signé en bas à droite.

21 x 17 cm.

Œuvre préparatoire à l’une des 12 lithographies hors-texte (planche II), du roman de Julien Green, Mont-Cinère (Paris, édition Jeanne Walter, 1930).

Julien GREEN (Paris 1900 † 1998). Mont-Cinère. Paris, édition Jeanne Walter, 1930. Livre illustré de 12 lithographies originales de Maurice de VLAMINCK. Volume inquarto, sous couverture souple rempliée, chemise cartonnée et emboîtage vermillon d’origine. Un des 25 exemplaires de tête sur papier japon impérial, enrichi d’un jeu supplémentaire d’épreuves sur chine volant, et revêtu des signatures de l’auteur et de l’artiste sur le colophon. Numéroté « 20 » au composteur.

Maurice de VLAMINCK

"Je cherche quelque chose de plus mystérieux encore. C'est le passage dont il est question dans les livres, l'ancien chemin obstrué, celui dont le prince, harassé de fatigue, n'a pu trouver l'entrée."

Alain Fournier, Le Grand Meaulnes

Voir les commentaires

Max Jacob (1876-1944)

Publié le par LE BAL Mathyeu

Maison bretonne en bord de rivière, gouache, 25 x 33.5 cm

Maison bretonne en bord de rivière, gouache, 25 x 33.5 cm

A découvrir :

Cette oeuvre tendre et spirituelle de Max Jacob (Quimper 1876 - Drancy 1944).

Max Jacob, artiste fécond, à la fois écrivain, poète et peintre. Ses travaux sur papier, pour lui, c'était ses "gouacheries". Animateur de l'art moderne à Montmartre et à Montparnasse, ami proche de Pablo Picasso, de Modigliani et d'Apollinaire. Acteur des premières heures dans l'apparition des grands mouvements artistiques moderne tel que le cubisme. Figure iconique et historique de Quimper.

Dans sa petite chambre rue Ravignan à Montmartre, il avait écrit à la craie sur les murs en guise d'automédication :

"Ne jamais aller à Montparnasse !"

Photo prise par Jean Cocteau, 1916 Devant la Rotonde à Montparnasse. de gauche à droite : Manuel Ortiz de Zarate, Paquerette (modèle chez Paul Poiret), Henri-Pierre Roché, Max Jacob et Pablo Picasso

Photo prise par Jean Cocteau, 1916 Devant la Rotonde à Montparnasse. de gauche à droite : Manuel Ortiz de Zarate, Paquerette (modèle chez Paul Poiret), Henri-Pierre Roché, Max Jacob et Pablo Picasso

Voir les commentaires

Galerie de Bretagne, Quimper

Publié le par LE BAL Mathyeu

À découvrir entre Paris et Quimper, 3 oeuvres exceptionnelles illustrant 3 périodes de Montparnasse, La fin du XIXe siècle avec le sculpteur Alexandre Falguière, l'âge d'or des années 20 avec Jules Pascin et la deuxième école de Paris post 1950 avec Edouard Pignon.

Alexandre FALGUIERE (1831-1900) Buste de Diane, Portrait de Cléo-Diane de Mérode, Bonze à patine brune, 59 cm. Fondeur : Thiébaut Frères.

Alexandre FALGUIERE (1831-1900) Buste de Diane, Portrait de Cléo-Diane de Mérode, Bonze à patine brune, 59 cm. Fondeur : Thiébaut Frères.

La danseuse Cléopâtre-Diane de Mérode

La danseuse Cléopâtre-Diane de Mérode

Jules Pascin (1885-1930), Nu allongé au sofa, dessin à l'encre sur papier, 47 x 30 cm, Signé en bas à droite. Provenance : Galerie Paul Valotton

Jules Pascin (1885-1930), Nu allongé au sofa, dessin à l'encre sur papier, 47 x 30 cm, Signé en bas à droite. Provenance : Galerie Paul Valotton

Jules Pascin (à droite de la photographie)

Jules Pascin (à droite de la photographie)

ÉDOUARD PIGNON (1905-1993), Nu rouge et cactus, 1978, Aquarelle. Signée et datée en bas à gauche. 55 x 75.5 cm

ÉDOUARD PIGNON (1905-1993), Nu rouge et cactus, 1978, Aquarelle. Signée et datée en bas à gauche. 55 x 75.5 cm

Edouard Pignon et Pablo Picasso

Edouard Pignon et Pablo Picasso

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>